WOWSlider
  • Merey-Sous-Montrond - 25660
  • Merey-Sous-Montrond - 25660
  • Merey-Sous-Montrond - 25660
  • Merey-Sous-Montrond - 25660
  • Merey-Sous-Montrond - 25660
  • Merey-Sous-Montrond - 25660
Merey-Sous-Montrond - 256601 Merey-Sous-Montrond - 256602 Merey-Sous-Montrond - 256603 Merey-Sous-Montrond - 256604 Merey-Sous-Montrond - 256605 Merey-Sous-Montrond - 256606
*

Commune de Merey-Sous-Montrond (25660)

   Histoire de Merey-Sous-Montrond - Les prêtres

En 1850, l’abbé Bouveret, résumait ainsi l’origine de la paroisse de Merey sous Montrond « La paroisse de Merey est de création récente. La commune de Merey, ainsi que celles de Montrond et de Malbrans faisaient partie avant la révolution de la paroisse de Villers. Merey avait néanmoins une grande chapelle très ancienne et très simple de construction où Mr le curé de Villers venait parfois y célébrer la messe. Elle fut construite croit-on de 1580 à 1600.Une note de 1746 semble en attribuer l’érection à Jacques Decreuse.dit Lacgnard, curé de Villers de 1573 à 1581.En tout cas en 1741 on sait qu’elle était en bon état tandis que celles de Montrond et de Malbrans étaient interdites au culte. »

En 1803 Jean François CUENOT fut le premier prêtre de Merey, après que la chapelle de Merey fût démembrée de la paroisse de Villers. Il résidait à Merey au frais de la commune. Il y demeura quelques mois et fut appelé à Besançon en faveur des Allemands dont il connaissait la langue. Par la suite il prit la paroisse de Amathay-Vesigneux où il mourût en 1825.
En août 1804, Merey fut desservi par Jean Joseph CHAILLET, né à Boujons le 3 septembre 1764.Il était entré au séminaire de la rue Saint Vincent en 1785. Il redevint succursaliste après qu’un décret impérial en date du 30 septembre 1807, érigea la commune de Merey en succursale de Tarcenay. Peu de temps après, il partit pour la paroisse de Cussey sur Lison, où il succédait à Jean François Nicolet, et plus tard à Amancey, cure de canton, où il mourût en 1829.
Il eut comme successeur à Merey vers 1808, l’abbé COULET, originaire de Longeville. Il venait de Gennes, et en 1812 il alla occuper la cure de La Chaux les Crotenay dans le Jura jusqu’à sa mort.
La succursale de Merey fut supprimée et érigée en 1811 en chapellenie dépendant de la paroisse de Tarcenay. Elle fut desservie plusieurs années par Mr le curé de Tarcenay.
En 1817, la commune fit reconstruire sa chapelle, et en 1819 elle obtint d’avoir pour desservant à demeure, Jean François JAVEY, ancien capucin, infirme, alors curé à Chenecey. Il portait en religion le nom de frère Donat. Il est mort le 7 août 1823 à Merey à l’age de 60 ans, jour de la fête de Saint Donat, selon le désir qu’il en avait témoigné pendant sa maladie.

Après lui la chapelle de Merey a été administrée par Mr le curé GAUTHIER de Tarcenay, mais à la mort de Mr JOLICLERC, curé de Villers , Gauthier se déchargea de Merey sur le nouveau curé de Villers, Mr LALLEMAND, qui devint par la suite curé de Pontarlier.
Au mois d’avril 1828, Merey a été démembrée de la paroisse de Tarcenay et érigée en succursale par ordonnance du Roi contresignée de Mr Feuvrier, ministre des affaires ecclésiastiques et elle continua d’être administrée par Mr le curé de Villers jusqu’en Mars 1832, date de l’arrivée de l’abbé GRAND.
D’après l’abbé BOUVERET, « Merey fut érigée de nouveau en succursale par les soins et les démarches de Monsieur de Merey et de Monsieur Mercier, curé de Bregille. Ce dernier venait de gagner un procès plaidé en sa faveur par Monsieur de Merey, qui refusant ses honoraires pria Mr Mercier, en compensation de faire approuver par l’archevêque la demande de la commune. Le maire Ragot, obtint l’approbation de la Préfecture et Mr de Merey le décret du ministre du culte, Mr Feuvrier ».
L’abbé GRAND occupa la cure de Merey de 1830 à 1851. En 1837, la commune édifia un presbytère et de 1839 à 1841, l’architecte bisontin Martin dirigea la reconstruction de la nouvelle église sur l’emplacement de l’ancienne.

Le 1 août 1851 était nommé à Merey, l’abbé BOUVERET, né à Serre les Sapins le 24 février 1804, prêtre le 25 mars 1827.
Le curé BOUVERET dont le frère cadet fut véritablement l’inspirateur des pèlerinages annuels des Franc-Comtois à la vierge noire de l’abbaye suisse de Notre Dame des Ermites à Einsiedeln, imita la dévotion mariale de son puîné en faisant ériger, à l’entrée du village, côté Villers, la statue de la Vierge en l’année du choléra en 1854.
Le curé Bouveret décède le 15 février 1878.
Son successeur, l’abbé Jean P. Alexandre GAUTHIER, né à Foucherans le 23 avril 1815 avait été ordonné prêtre le 6 septembre 1840. Il resta à Merey durant douze années, jusqu’à sa mort le 21 janvier 1890.

L’abbé LOYE est nommé en février 1890, 170 francs de frais de déplacement lui sont alloués. Il était né le 31 octobre 1853, ordonné prêtre en 1879, il décéda à Merey 11 mai 1900.
1900-1902, l’intérim est assuré par le curé de Tarcenay.

Le 1 août 1902, l’abbé Edouard Marie Joseph CUINET est nommé à Merey. Né à Pontarlier le 23 juillet 1868, il avait été ordonné prêtre le 31 juillet 1892 et après un professorat à Ornans arrivait à la cure de Merey où il s’éteignit le 12 août 1929.
L’abbé Melchior Edouard POIX , prêtre à Merey sous Montrond, né à Jougne le 13 mai 1832, décédé à Merey le 29 octobre 1916.
Durant la période 1912-1916 deux prêtres officient à Merey, à plus de 80 ans l’abbé POIX s’était-il retiré à Merey ?

De 1929 à 1943, c’est le curé de Villers, l’abbé Denis LOMBARDOT qui est chargé de la desserte. Il est né à Aubonne le 6 novembre 1867, ordonné prêtre le 2 septembre 1891, il avait été vicaire à Gray. Le 1 juin 1900, il avait pris son poste à la cure de Villers où il mourut le 19 mars 1946.

L’abbé CHATELAIN, originaire de Charmoille prend possession du poste de Merey en septembre 1943 qu’il conserve jusqu’en 1948.

Le 29 juillet 1946, l’abbé Emile PERRIN, né à Chaffois le 22 mai 1914 est nommé à Merey en qualité de vicaire économe. Auparavant prêtre de l’ordination, il va occuper le poste de Merey jusqu’à son décès le 10 juillet 1951.
De 1951 à 1957, Merey est du doyenné de Tarcenay, l’abbé Jean DEQUIVRE, né en 1921 à Bavilliers est vicaire économe de Merey durant cette période.

L’abbé FAIVRE, est installé à Merey le 20 janvier 1958, originaire des Fins où il est né le 28 mars 1920, prêtre le 29 juin 1952.Il vient de Montbenoit où il était vicaire cinq ans. En 1963 il est nommé curé de Lievremont, puis le 25 mai 1964, curé de Cendrecourt et le 26 juin 1970, curé de La Planée.et Oye et Pallet. Ayant pris sa retraite à Montrond en 1984, il décède le 11 janvier 1990.
Le 13 juin 1959, le conseil municipal, sur demande de la Préfecture fixe un prix pour la location du presbytère. Ce prix est fixé sur la base de 380 francs par semestre au 1 juillet 1958 avec une majoration semestrielle de 7,5%
Lors de la même séance le conseil, pour dédommager Mr le curé des frais que cette location entraîne pour lui, décide de lui confier le gardiennage du cimetière pour la somme annuelle de 1500 francs.

En 1963, c’est à nouveau le curé doyen de Tarcenay qui assure le service à Merey. Né à Malbuisson ; l’abbé Pierre PARNET avait été ordonné prêtre par Mrg Dubourg le 29 juiin 1942. Tout d’abord vicaire à Hérimoncourt, il avait été nommé le 12 juillet 1943, vicaire vicaire de son oncle aumônier de l’hôpital Saint Jacques à Besançon. Le 17 octobre 1947, il était vicaire économe de Bouverans, puis le 23 août 1958, curé de Chatillon le Duc et doyen de Bonnay. C’est le 15 janvier 1962 qu’il a été nommé curé doyen de Tarcenay. Le 17 juin 1979, il était nommé curé de Lievremont où il est mort le 26 mars 1991.

En novembre 1967, vente du presbytère.
En 1968 l’ancien cimetière situé en limite de la fromagerie est supprimé pour donner de l’aisance à la fromagerie. Aucune inhumation depuis 1902.

Le père montfortain, Gabriel DROZ, vicaire économe de Malbrans prend la charge de Merey en 1979.

06_-_eglise_de_merey_710